Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20 mars 2015

Pas de quartier pour notre quartier de la Galathée

15031311520117246613066797.jpgOù sont les belles promesses de la municipalité pour nous faire avaler, l’Opération de rénovation urbaine ?

Il allait être « assaini » dédensifié , beau et propre …. Cela nous a été imposé sans consultation véritable et sincère.

Le projet bien mystérieusement réalisé en petit comité date de 2004.

Quand l’enquête publique est arrivée au C2I, une large majorité des habitantes et habitants a rejeté  avec raison cette opération immobilière sans motivation d’utilité publique.

Dossier très lourd d’après nos élu(e)s, aujourd’hui, il sera pesant pour les finances communales.

Nous avons créé l’association Bouge la ville afin d’aider celle de défense de l’environnement et de permettre aux Deuilloises et Deuillois  d’agir pour la vie en ville.

Nous avions manifesté contre la casse de pavillons et pour maintenir plus de tranquillité dans ce quartier.

Pour le moment le sort que l’ancienne municipalité nous a jeté, demeure. (mais pas maisonnette)

  1. A la place des 245 logements sociaux détruits et les habitants obligés de quitter leur quartier : 500 appartements de plus. Où est la promesse de dédensifier ?
  2. La rue Abel Fauveau et autour, subit un tsunami de poussières. Comme un nuage de pollution, elle recouvre les véhicules en stationnement et les façades des habitations voisines.
  3. Ce chantier est d’une nuisance jamais connue à Deuil-la Barre. Travaux qui encombrent la rue sans assurer la circulation des piétons. Non-respect du code de la route.

Pendant des mois, réveil le matin dès 7h30 des riverains par des bruits très puissants.

A toute ces questions posées en décembre à une réunion ou « comité » de quartier, pas encore de réponses.

Nous demandons que :

  • chaque semaines la rue et les trottoirs soient bien nettoyés.
  • les bénéficiaires (les promoteurs et propriétaires des immeuble) participent au financement des équipements  publics nécessaire à cette surpopulation.
  • soit rendu public le bilan financier de cette opération et le coût supplémentaire pour nos impôts communaux.

Renforçons Bouge La Ville qui défend l’environnement et la vie en ville de tous ses habitants.

L’ancien et beau village ne doit pas être une ville ouverte à l’invasion des marchands de béton !

04 novembre 2013

Libre Expression du mois d'octobre 2013

Quartier de la Galathée : après les nuisances, la densification.

Le projet de rénovation urbaine de la Galathée entre dans sa deuxième phase. Pour les habitants du quartier, sa première phase a été synonyme de nuisances nombreuses : poussières, boue, bruits, difficultés de circulation et de stationnement … Nuisances qui se sont prolongées du fait des retards liés au désamiantage de la tour n°3. Cette seconde phase va provoquer une nouvelle densification du quartier. Entre avril 2013 et début 2014 ce sont plus de 1400 m² de surface commerciale et 300 logements supplémentaires qui vont être édifiés.

Dans un quartier déjà densément construit, concentrant l’essentiel des immeubles d’habitat social de la ville, l’actuelle majorité municipale ajoute encore de nouveaux immeubles. Elle densifie un quartier qui connait déjà de nombreux dysfonctionnements, qui est enclavé, coupé du centre ville. Pour faire face à l’afflux de population que ces constructions nouvelles vont engendrer, l’école Henri Hatrel va devoir être agrandie, ainsi que la maison de la petite enfance qui ne parvient déjà pas à répondre aux besoins.

Par ailleurs, ce que l’actuelle majorité appelle une place urbaine sera en fait un espace de stationnement. Cette place fera d’abord fonction de parking : dédiée à l’automobile, elle offrira peu de fonctionnalités aux habitants du quartier. Elle permettra surtout aux personnes extérieures à celui-ci de venir stationner pour faire leurs achats. Des deux parkings silos un seul est conservé et rénové, l’autre fait place à un immeuble. Les projets de services publics ont fait l’objet de nombreuses variations. Du poste de police initial il ne reste aujourd’hui qu’un point police qu’occupera uniquement la police municipale. La maison de santé, un temps évoquée, est entre-temps devenu un « pôle santé ».

Que restera-t-il enfin de compte de ce projet ? La destruction des tours de la Galathée et de maisons castor pour faire place à de nouveaux immeubles, à toujours plus de béton ; le déménagement obligé de plusieurs centaines de personnes ; la fermeture par des grilles de certaines résidences qui n‘a fait que déplacer les problèmes ; une maison des associations qui aura couté 3 millions d’euros pour remplacer des locaux existants mais détruits dans le cadre de cette opération ; une rue, appelée « rue jardin », qui viendra en lieu et place d’une partie des espaces verts et des arbres abattus pour faire de la place au tout automobile. Maigre bilan en fin de compte pour plusieurs dizaines de millions d’euros dépensés. Des dizaines de millions d’euros qui auraient pu servir à répondre aux besoins des habitants, aux urgences sociales et économiques du quartier.

01 août 2011

Libre expression du mois de Juillet 2011

itour de la galathée.jpgPourquoi nous n’étions pas à l’inauguration de la destruction des tours

Nous n’étions pas présents à l’initiative de la majorité municipale pour « inaugurer » la destruction des tours de la Galathée. Cette absence n’était en aucun cas fortuite. La destruction de logements sociaux, où de nombreuses familles ont vécu, se sont forgé leurs souvenirs heureux et malheureux, n’est en aucun cas pour nous motif à réjouissance. D’autant plus que l’opération de rénovation urbaine dans laquelle s’inscrit cette destruction comporte de nombreuses failles et impasses.

Un relogement pas si exemplaire :

Après relogement en moyenne :

-          les logements ont perdu en moyenne 4 à 6% de leur surface ;

-          le loyer a augmenté de 19 à 27 % ;

-          34% des familles ont été relogées non pas dans des logements neufs mais dans des immeubles de plus de 5 ans non rénovés ;

-          20 familles continuent toujours à connaître des situations de sur-occupation de leur logement soit près de 10% des familles relogées.

Une opération qui ne répond pas aux besoins du quartier et de ses habitants :

Pour la majorité municipale la seule et unique solution pour répondre aux problèmes qui touchent ce quartier passe par la destruction des tours. Pourtant alors que les 2 tours sont vides les difficultés perdurent :

-          Troubles de voisinage et incivilités restent fréquents ;

-          Dysfonctionnements et pannes des équipements (ascenseurs, …) viennent dégrader la vie quotidienne des familles ;

-          Chômage, précarité et pauvreté, véritable source des difficultés, n’ont pas reculé bien au contraire.

La concertation sur le projet est partielle :

Les riverains de la place des platanes ont été certes concertés sur son aménagement mais il a fallu pour cela qu’ils protestent avec force contre le projet initial de la majorité municipale de construction d’un bâtiment de 600m² sous leurs fenêtres.

Pas de concertation sur les futures constructions, ni sur l’ensemble des aménagements prévus (voies de circulations, stationnements, espaces verts, …). Une concertation partielle qui permet aux Deuillois de choisir la couleur des bancs mais certainement pas d’agir sur le projet dans son ensemble.

Nicole GRATIEN - Éric PESCHOT

Bouge la ville – Deuil-la Barre

Rencontrez vos élus en mairie chaque 3ème samedi du mois

22 juillet 2011

Destruction de la 1ère tour : borne incendie maltraitée ...

P1000868.JPGIntégrée au sein du chantier, en bordure de la rue de la Galathée, face au parking qui a si souvent brulé, il y a une borne à incendie. Quelle ne fut pas notre surprise de la voir dans cet état ...

P1000867.JPG

Destruction de la 1ère tour suite ...

P1000857.JPGDans un article récent nous évoquions la destruction de la 1ère tour qui s'élevait au 2 rue de la Galathée. A cette occasion nous écrivions : "Il reste encore à l'entreprise en charge de cette destruction a évacuer les tonnes de gravats qui jonchent le sol." Ce que nous ne savions pas alors, c'est que l'évacuation de ces gravats allait être à la source de nouveaux désagréments.

En effe,t c'est la boue en provenance de ce chantier qui se retrouve dans les rues du fait de ce transport. A la liste des  nuisances provoquées par ce dernier, que nous rappelions récemment, il faudra donc ajouter celle-ci. Avec le climat que nous connaissons actuellement et qui n'est pas sans rappeler celui que nous rencontrerons certainement cet automne cela a pour résultat de rendre par endroit la chaussée particulièrement glissante.

Il serait bon que la majorité municipale et son maire tirent l'ensemble des enseignements de ce premier chantier de destruction et prennent les mesures qui s'imposent pour éviter de voir se répéter les mêmes problèmes lors de la destruction de la seconde tour.

15 juillet 2011

La 1ère tour est définitivement détruite

tour de la galathée.jpgC'est dans un grand nuage de poussière que les derniers étages de la tour du 2 rue de la Galathée se sont effondrés. Il ne reste plus dorénavant de cet immeuble qu'un tas de gravats, une couche de poussière déposée tout alentour et de nombreux souvenirs pour celles et ceux qui y ont vécu pendant parfois des dizaines années.

 Il reste encore à l'entreprise en charge de cette destruction a évacuer les tonnes de gravats qui jonchent le sol. La seconde tour devrait connaitre dans les semaines qui viennent un sort identique, avec cependant quelques difficultés complémentaires. En effet la tour au 3 rue de la Galathée est beaucoup plus proche de la rue, des immeubles alentours et semblerait ne pas avoir été construite exactement de la même manière que la précédente.

Espèrons que ce futur chantier ne soit pas source comme le précédent de nuisances et respecte les horaires et la règlementation en vigueur.

 

14 juillet pétaradant à Deuil-La Barre

pétard.jpgComme chaque année la soirée du 13 juillet a connu quelques moments d'agitation. Pétards et chahuts pendant une partie de la nuit ont agrémenté le quartier de la Galathée et des 3 communes. La rue Abel Fauveau a même été pendant un temps plus ou moins barré par quelques poubelles renversées.

La police municipale est intervenue une première fois sans pour autant parvenir à calmer définitivement les choses. Puis ce fut la police nationale qui s'est présentée en tenue de maintien de l'ordre pour faire cesser le bruit et l'agitation. Les pré-adolescents et jeunes adolescents à l'origine de ces débordements se sont alors dispersés.

Moins dramatique que l'été précédent, ou de nombreuses voitures avaient brulé, les festivités du 14 juillet restent toujours un moment d'agitation et de troubles. Pour autant toujours aucune action préventive n'a été mise en place par la majorité municipale pour éviter que la fête nationale ne dégènère en monome géant une grande partie de la nuit.

10 juin 2011

Pourquoi nous n’étions pas à l’inauguration de la déconstruction de la tour N°2

tour de la galathée.jpgNous n’étions pas présents à l’initiative prise par la majorité municipale pour « inaugurer » la déconstruction des tours de la Galathée. Terme "élégant" pour parler de leur destruction. Notre absence n’était en aucun cas fortuite mais bien volontaire.

La destruction de logements sociaux ou de nombreuses familles ont vécu, se sont forgées leurs souvenirs heureux et malheureux ne peut en aucun cas nous paraître un motif de réjouissance.

Par ailleurs, l’opération de rénovation urbaine dans laquelle s’inscrit cette destruction comporte de nombreuses failles et impasses.

Un relogement pas si exemplaire :

Après relogement en moyenne :

  • la surface des logements s’est réduite de 4 à 6% ;
  • le loyer a augmenté de 19 à 27 % ;
  • 34% des familles ont été relogées dans des immeubles de plus de 5 ans non rénovés ;
  • 20 familles continues toujours à connaître des situations de sur-occupation de leur logement soit près de 10% des familles relogées.

Une opération qui ne répond pas aux besoins du quartier :

Pour la majorité municipale la seule et unique solution à l’ensemble des dysfonctionnements qui touchent le quartier passe par la destruction des tours. Pourtant alors que les 2 tours sont vides les difficultés perdurent, elles n’ont fait que se déplacer :Auteur Alain Parant

  • Troubles de voisinage et incivilités restent fréquents dans différents immeubles du quartier ;
  • des ascenseurs régulièrement en panne viennent dégrader la vie quotidienne des familles,

La concertation sur le projet reste embryonnaire et partielle :

Les riverains de la place des platanes ont été certes concertés sur son aménagement mais il a fallu pour cela qu’ils protestent avec force contre le projet initial de la majorité municipale de construction d’un bâtiment de 600m².

La concertation ne porte que sur certains aspects :

Pas de concertation sur le programme de constructions, pas plus que sur l’ensemble des aménagements prévus (voies de circulations, stationnements, espaces verts, …)

C’est bien parce que cette opération telle qu’elle se déroule n’est pas certainement un motif de festivité que nous n’étions pas là le 27 mai dernier.

* crédit photo A. Parant

10 février 2011

Libre expression du mois de février 2011

deuil la barre, la galathéeFaisons de la Galathée le premier éco-quartier d’une ville durable

Une démarche agenda 21 est en cours depuis maintenant deux ans à Deuil la Barre. Normalement, ce type d’initiative suscite de larges débats et permet d’élaborer un ensemble de propositions en faveur du développement durable. A Deuil la Barre, deux ans après, nous en sommes encore aux balbutiements, à la mise en place d’un site, à la diffusion d’un questionnaire.

Cependant il n’est pas encore trop tard pour établir des priorités fortes à ce sujet et proposer des projets ambitieux et novateurs. La rénovation du quartier de la Galathée et des 3 communes peut en être l’occasion, à condition d’abandonner la démarche actuelle pour une démarche de rénovation écologique intégrant les questions d'urbanisme et impliquant les habitants. A cette condition, ce projet peut être une vraie chance pour le quartier, ses habitants, pour notre ville et permettre entre autre:

  • une baisse des consommations d'énergie et d'eau, et donc une baisse des factures pour les familles ainsi qu’une baisse des émissions de gaz à effet de serre ;
  • la création d’emplois locaux et non délocalisables ;
  • une meilleure intégration des logements et de leurs habitants dans la ville par une meilleure implication des familles ;
  • une amélioration du cadre et de la qualité de vie.

Actuellement, au-delà de la destruction des deux tours dans les semaines et les mois à venir, cette opération sera surtout à l’origine de la construction de plusieurs centaines de logements sur le quartier. Il s’agit d’une opération qui va transformer pour très longtemps un des quartiers les plus habités de notre commune et déjà l’un des plus denses.

Il est encore temps d’inscrire cette rénovation dans une logique environnementale et sociale novatrice. De faire du quartier de la Galathée le premier éco-quartier d’une ville durable. Sinon ce projet ne sera qu’un programme immobilier de plus aux coûts pharaoniques à l’échelle de notre commune et source dans l’avenir de nouvelles déconvenues.

 Nicole GRATIEN - Éric PESCHOT

Bouge la ville – Deuil-la Barre

Rencontrez vos élus en mairie chaque 3ème samedi du mois

Prochaines dates  19 février et 19 mars de 10h00 à 12h00

19 novembre 2010

Les halls du 8 et 10 rue Louis Braille régulièrement squattés

rue louis braille.pngIl ne suffit pas de raser les tours pour que les problèmes qui existent sur le quartier de la Galathée et plus largement sur Deuil la barre s'effacent miraculeusement. Cette affirmation de simple bon sens nous vaut régulièrement d'être accusé des pires maux. Pourtant les faits sont têtus et viennent rappeler cette vérité y compris à celles et ceux qui ne veulent pas l'entendre. Dernier exemple en date : les halls des immeubles au 8 et 10 rue Louis Braille.

Depuis maintenant plus de deux mois les halls de ces immeubles sont régulièrement squattés avec tout ce que cela représente comme nuisances pour les habitants (sans parler du sentiment d'insécurité que cela engendre). Le fait que les tours soient vides ou en passe de l'être n'y change rien et les futures rues que la municipalité se propose de créer  - et qu'elle appelle au gré de sa fantaisie ou de ses trouvailles sémantiques rues-jardins, sentes, venelles ou encore chemins - n'y changeront rien non plus.

Quant à la résidensialisation, qui consiste à fermer les halls avec des interphones et à installer des clôtures autours des immeubles, celle-ci risque de se révéler peu efficace. En effet, comme de nombreux exemples le montrent, l'installation d'interphone, de clôture et la multiplication des portes et serrures n'a jamais empêché à terme ce type de rassemblement.

Certe il n'existe pas de solutions toutes faites mais il y a au moins quelques pistes, jusqu'à présent inexplorées par la municipalité, telle que la médiation sociale, l'intervention d'éducateur de rue, ou encore le développement d'instances de concertation sur le quartier ou seraient intégré les jeunes afin de les responsabiliser et de leur permettre d'avoir un lieu d'expression et de dialogue avec les autres habitants et la commune. Dans d'autres villes cela a été réalisé avec succès, il suffit que la municipalité s'engage en ce sens.