Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23 janvier 2014

Libre Expression du mois de janvier 2014

 

Dette_Toxique.jpgUn budget étranglé par la dette – des Deuillois étranglés par les impôts

En fin d’année le conseil municipal a débattu des orientations budgétaires et arrêté le budget 2014. Malgré une présentation désespérément optimiste, l’actuelle majorité ne parvient plus à masquer une situation de plus en plus dégradée.

En 6 ans la dette a explosé.

En 2008 le remboursement de la dette représentait 1 159 310 € au titre du capital et 776 089 € au titre des frais financiers, soit 1 945 399 €. En 2013 ce remboursement représente 2 020 157 € au titre du remboursement du capital (+ 74% en 6 ans) et 1 269 434 € au titre des frais financiers et provisions pour risque (+ 63% en 6 ans). Le remboursement annuel du seul capital de la dette représente 25,6% des dépenses d’équipements, les frais financiers représentant, eux, 4,8% des dépenses de fonctionnement.

Une épargne nette négative

Déjà en 2008 l’épargne nette de notre commune était négative (- 287 053 €). Autrement dit elle n’était pas en capacité de rembourser ce qu’elle devait au titre du seul capital de la dette. Pour équilibrer son budget il avait fallu que cette majorité vende pour plus de 1 million d’euros de biens immobiliers. Afin de sortir de cette situation intenable elle a décidé, les années suivantes, des hausses massives d’impôts (+20%) pour rétablir la situation de 2009 à 2012. En 2013 elle est de nouveau dans le rouge avec une épargne nette encore plus négative (- 709 242 €) et des cessions immobilières qui ne parviennent même plus à boucher le trou. 2014 ne se présente pas mieux avec une prévision toujours négative (- 785 019 €) et pour cette majorité encore et toujours la même solution consistant à vendre le patrimoine immobilier de la ville.

La spirale des prêts relais

Le budget de Deuil-La Barre est de plus en plus tributaire des subventions que la commune parvient à obtenir.Lorsque celles-ci viennent à manquer ou sont simplement retardées, la commune se retrouve obligée de faire appel à des prêts relais pour un coût de plusieurs dizaines de milliers d’euros. En 2013, pour faire face aux dépenses qu’elle a engagées, cette majorité a contracté 2 millions d’euros de prêt relais.

Au bout de ces 6 années de gestion le bilan de cette majorité, toutes tendances confondues, est d’avoir cumulé une dette de plus en plus explosive avec des impôts de plus en plus chers.

07 décembre 2013

Journal municipal- libre expression du mois de décembre 2013

Passage à niveau de Deuil-Montmagny : dissimulation, approximation et précipitation.

dlbpassageaniveau.jpgLe passage à niveau de Deuil-Montmagny pose depuis toujours de graves problèmes de sécurité et de circulation qu’il faut absolument régler. Dans une zone dense les solutions à mettre en place doivent garantir la sécurité des personnes et valoriser le quartier. Pour y parvenir, écoute, concertation et moyens financiers et techniques doivent être au rendez-vous. Encore une fois c’est une autre voie qu’ont choisie l’actuelle majorité municipale et le conseil général.

Le temps de la dissimulation. En novembre 2012, lors de la réunion publique à propos de l’avenue du Parisis, le département annonce qu’il travaille sur un projet pour ce passage à niveau. Au conseil municipal suivant nous posons au maire une question à ce propos. Il nous répond qu’il n’a pas d’information et que dès qu’il en aura il nous le fera savoir. Comme d’habitude, il n’en fera rien. Informé depuis l’été, il participe à une réunion le 10 septembre 2013, prend connaissance du projet de souterrain et en valide le principe. Pourtant celui-ci ne correspond en rien à ceux qui ont été présentés et discutés en comité de quartier mais cela ne l’arrête pas. C’est donc dans le bulletin municipal du mois d’octobre qu’habitants, comité de quartier et élus d’opposition vont découvrir ce projet.

Le temps de l’approximation. Tel qu’il y est présenté cela ne permet pas aux Deuillois de se rendre compte de son exacte réalité. Il faut que certains, alertés par cet article, aillent vérifier en mairie et au conseil général pour découvrir l’ampleur du désastre. Ils ont alors le sentiment que le choix du conseil général est une fois de plus de sacrifier Deuil-La Barre, de sacrifier leur quartier. Ils découvrent effarés que la majorité municipale et son maire sont prêts à laisser faire, pire qu’ils adhèrent à ce projet. Ils se mobilisent alors largement, imposant au maire d’organiser une réunion de concertation.

Le temps de la précipitation. Pendant cette réunion publique, dont les élus d’opposition ne sont évidemment pas informés, le maire s’est heurté à la colère des habitants. Après avoir tenté d’imposer cette solution, il a du précipitamment battre en retraite et s’engager à écrire au préfet pour lui faire part du rejet qu’elle rencontre et lui retirer son soutien. C’est une victoire pour les Deuillois, qui devront toutefois rester vigilants. Une fois de plus ce sont les habitants qui ont dû se mobiliser pour faire reculer l’actuelle majorité. Devoir, dans l’intérêt de la commune, s’opposer à son maire, au lieu d’en recevoir le soutien, combien de fois encore les Deuillois devront ils affronter cette absurdité ?

04 novembre 2013

Libre Expression du mois d'octobre 2013

Quartier de la Galathée : après les nuisances, la densification.

Le projet de rénovation urbaine de la Galathée entre dans sa deuxième phase. Pour les habitants du quartier, sa première phase a été synonyme de nuisances nombreuses : poussières, boue, bruits, difficultés de circulation et de stationnement … Nuisances qui se sont prolongées du fait des retards liés au désamiantage de la tour n°3. Cette seconde phase va provoquer une nouvelle densification du quartier. Entre avril 2013 et début 2014 ce sont plus de 1400 m² de surface commerciale et 300 logements supplémentaires qui vont être édifiés.

Dans un quartier déjà densément construit, concentrant l’essentiel des immeubles d’habitat social de la ville, l’actuelle majorité municipale ajoute encore de nouveaux immeubles. Elle densifie un quartier qui connait déjà de nombreux dysfonctionnements, qui est enclavé, coupé du centre ville. Pour faire face à l’afflux de population que ces constructions nouvelles vont engendrer, l’école Henri Hatrel va devoir être agrandie, ainsi que la maison de la petite enfance qui ne parvient déjà pas à répondre aux besoins.

Par ailleurs, ce que l’actuelle majorité appelle une place urbaine sera en fait un espace de stationnement. Cette place fera d’abord fonction de parking : dédiée à l’automobile, elle offrira peu de fonctionnalités aux habitants du quartier. Elle permettra surtout aux personnes extérieures à celui-ci de venir stationner pour faire leurs achats. Des deux parkings silos un seul est conservé et rénové, l’autre fait place à un immeuble. Les projets de services publics ont fait l’objet de nombreuses variations. Du poste de police initial il ne reste aujourd’hui qu’un point police qu’occupera uniquement la police municipale. La maison de santé, un temps évoquée, est entre-temps devenu un « pôle santé ».

Que restera-t-il enfin de compte de ce projet ? La destruction des tours de la Galathée et de maisons castor pour faire place à de nouveaux immeubles, à toujours plus de béton ; le déménagement obligé de plusieurs centaines de personnes ; la fermeture par des grilles de certaines résidences qui n‘a fait que déplacer les problèmes ; une maison des associations qui aura couté 3 millions d’euros pour remplacer des locaux existants mais détruits dans le cadre de cette opération ; une rue, appelée « rue jardin », qui viendra en lieu et place d’une partie des espaces verts et des arbres abattus pour faire de la place au tout automobile. Maigre bilan en fin de compte pour plusieurs dizaines de millions d’euros dépensés. Des dizaines de millions d’euros qui auraient pu servir à répondre aux besoins des habitants, aux urgences sociales et économiques du quartier.

01 août 2011

Libre expression du mois de Juillet 2011

itour de la galathée.jpgPourquoi nous n’étions pas à l’inauguration de la destruction des tours

Nous n’étions pas présents à l’initiative de la majorité municipale pour « inaugurer » la destruction des tours de la Galathée. Cette absence n’était en aucun cas fortuite. La destruction de logements sociaux, où de nombreuses familles ont vécu, se sont forgé leurs souvenirs heureux et malheureux, n’est en aucun cas pour nous motif à réjouissance. D’autant plus que l’opération de rénovation urbaine dans laquelle s’inscrit cette destruction comporte de nombreuses failles et impasses.

Un relogement pas si exemplaire :

Après relogement en moyenne :

-          les logements ont perdu en moyenne 4 à 6% de leur surface ;

-          le loyer a augmenté de 19 à 27 % ;

-          34% des familles ont été relogées non pas dans des logements neufs mais dans des immeubles de plus de 5 ans non rénovés ;

-          20 familles continuent toujours à connaître des situations de sur-occupation de leur logement soit près de 10% des familles relogées.

Une opération qui ne répond pas aux besoins du quartier et de ses habitants :

Pour la majorité municipale la seule et unique solution pour répondre aux problèmes qui touchent ce quartier passe par la destruction des tours. Pourtant alors que les 2 tours sont vides les difficultés perdurent :

-          Troubles de voisinage et incivilités restent fréquents ;

-          Dysfonctionnements et pannes des équipements (ascenseurs, …) viennent dégrader la vie quotidienne des familles ;

-          Chômage, précarité et pauvreté, véritable source des difficultés, n’ont pas reculé bien au contraire.

La concertation sur le projet est partielle :

Les riverains de la place des platanes ont été certes concertés sur son aménagement mais il a fallu pour cela qu’ils protestent avec force contre le projet initial de la majorité municipale de construction d’un bâtiment de 600m² sous leurs fenêtres.

Pas de concertation sur les futures constructions, ni sur l’ensemble des aménagements prévus (voies de circulations, stationnements, espaces verts, …). Une concertation partielle qui permet aux Deuillois de choisir la couleur des bancs mais certainement pas d’agir sur le projet dans son ensemble.

Nicole GRATIEN - Éric PESCHOT

Bouge la ville – Deuil-la Barre

Rencontrez vos élus en mairie chaque 3ème samedi du mois

10 juin 2011

Libre expression du mois de juin 2011

developpement-durable-illustration_16315_w300.jpgAgenda 21 : tout ça pour ça !

Voilà un an nous nous interrogions sur la démarche Agenda 21 engagée par la majorité municipale et nous nous demandions s’il ne s’agissait pas tout simplement d’une opération de communication. Actuellement l’Agenda 21 de Deuil – La Barre peine toujours à voir le jour.

Cependant, après trois années d’attente notre commune a enfin présenté le 20 mai dernier les actions qu’elle souhaite mettre en place dans ce cadre. Trois longues années à attendre, ponctuées par quelques réunions de concertation alors que le diagnostic environnemental porté sur notre commune montre combien il est urgent d’agir car :

  • les bâtiments communaux sont mal isolés et le gestionnaire du chauffage n’est pas même tenu de faire des économies ;
  • les espaces verts publics sont restreints (9% des surfaces contre 19% en moyenne en France) et les zones naturelles encore existantes sont grignotées chaque année un peu plus ;
  • les produits phytosanitaires sont trop utilisés et les insectes pollinisateurs régressent de plus en plus ;
  • la gestion des déchets verts reste embryonnaire et le coût de traitement des déchets ne cesse d’augmenter ;
  • la concertation avec les habitants est quasi inexistante et souvent confondue avec de la simple information ;
  • les quartiers enclavés sont mal desservis par les transports en commun et le besoin en transport de qualité se fait sentir de plus en plus.

Il faut donc changer beaucoup de choses.

Pourtant, les mesures que propose la majorité municipale sont pour une part importante de simples pétitions de principes et pour une part modeste la reprise, sous une forme édulcorée, de propositions que nous formulons depuis 3 ans et qu’elle refusait jusqu’à présent d’entendre.

Ainsi, alors qu’elle en a farouchement combattu l’idée, elle se propose de créer des comités de quartier (mais sans aucun pouvoir de décision et sans aucun budget propre) ; elle envisage la mise en place de Pédibus pour conduire les enfants à l’école, d’étudier le développement de navette de transport pour relier les différents services publics et les gares ; elle envisage même de proposer des solutions locales pour récolter les déchets verts.

Trois années de perdues, donc, pour autant cela nous encourage à persévérer et à formuler de nouvelles propositions pour répondre aux attentes et besoins des Deuillois.

Nicole GRATIEN - Éric PESCHOT

10 mai 2011

Libre expression du mois de mai 2011

calculette.jpgExercice d'autosatisfaction

Au mois d’avril le bulletin municipal, sous le titre « bilan à mi-mandat », a donné à lire un magnifique exercice d’autosatisfaction. La majorité municipale établi un bilan auquel elle n’inscrit rien au passif.

En matière d’emploi, de développement économique, son engagement serait même terminé. Elle aligne des chiffres, mais oublie soigneusement les fermetures, les locaux vides, le chômage qui ne cesse de progresser. A Deuil la Barre il a augmenté de plus de 20% en 2 ans mais, silence.

Pour le logement, elle aurait aussi tenu ses engagements. Elle affiche la construction de 150 logements en location et taît la destruction de 253 autres. Pas un mot pour les centaines de familles deuilloises en attente d’un logement, ni pour celles qui sont actuellement expulsées et se retrouvent à la rue du jour au lendemain.

Elle n’hésite pas à embellir le tableau. Elle se flatte de construire un équipement pour les associations dans le quartier de la Galathée, sans dire qu’elle va y détruire toutes les salles associatives qui existaient jusqu’à présent. Elle n’ajoute rien, elle ne fait que remplacer. Quant aux salles annoncées dans les constructions en face de la Poste, elles viennent occuper des boutiques vides.

Elle n’hésite pas non plus à s’attribuer les réalisations des autres. Ainsi la construction du second collège, réalisé et financé par le Conseil général, devient une réussite supplémentaire quel met à son crédit. Elle inscrit aussi à son actif la réalisation, par les syndicats intercommunaux, d’équipements sportifs.

Rien n’échappe à son bilan sauf curieusement les hausses d’impôts de ces dernières années (+ 16%). Espère-t-elle qu’en les taisant les Deuillois les oublieront ?

Un bilan de mi-mandat est une excellente idée encore faut il qu’il soit fait avec franchise, en concertation avec les habitants, donne lieu à débat en conseil municipal et mette en lumière autant les réussites que les difficultés. Ce qu’à fait la majorité municipale ne s’apparente pas à un bilan de mi-mandat mais bien plus à un exercice de propagande. Encore une fois c’est une occasion manquée.

 

Nicole GRATIEN - Éric PESCHOT

Bouge la ville – Deuil-la Barre

Rencontrez vos élus en mairie chaque 3ème samedi du mois

15 avril 2011

Libre expression du mois d'avril 2011

Gare_de_La_Barre_-_Ormesson_08.jpgLigne H ça suffit

Depuis plusieurs mois les usagers de la ligne H sont confrontés à une multiplication des incidents, des retards et à une dégradation des conditions de transport. Suppressions de trains, rames raccourcies aux heures de pointe ou pannes font partie du quotidien. Trop souvent les trains sont bondés obligeant toujours plus d’usagers à voyager debout. Parfois ils attendent le train suivant, où ils montent enfin, car il leur est impossible d’accéder au précédent. Le déficit d’information accroit stress et mécontentement, met les personnels SNCF présents en gare en difficulté.

Cette situation pose de plus en plus de problèmes aux usagers dans leur vie professionnelle, du fait de leurs retards répétés au travail, familiale, pour venir chercher leurs jeunes enfants, ou étudiante, pour aller en cours ou aux examens. Au moment où nous sommes plus nombreux à prendre les transports en commun, et nous y sommes fortement encouragés, cette situation est inacceptable.

Il faut que notre commune intervienne auprès de la SNCF pour que des mesures d’urgence soient prises comme : le remplacement définitif des trains courts par des trains longs aux heures de pointe, la mise en demeure de l’entreprise Bombardier pour quelle rattrape ses retards de livraison, règle les dysfonctionnements mécaniques et informatiques des nouvelles rames, forme les agents de la SNCF à leur fonctionnement et, dans l’attente de ces correctifs, la SNCF doit maintenir en service ses anciennes rames.

Par ailleurs, à Deuil la Barre, nous vivons aussi les difficultés liées à la présence d’un passage à niveau classé plus préoccupant de la région et 3ème de France. Elles sont une source supplémentaire de stress. Du 7 au 13 mars la SNCF a comptabilisé trois évènements qu’elle nomme incident. Le lundi 7 et mardi 8 mars une barrière du passage à niveau a été brisée et le jeudi 10 mars une collision a eu lieu entre un TER et deux véhicules. Heureusement il n’y a pas eu de victime, mais jusqu’à quand les 180 trains, les milliers de voitures et de piétons devront-ils cohabiter au risque d’un accident grave ? Etat, Région et SNCF doivent investir pour la sécurité des Deuillois. C’est ce à quoi nous nous employons avec le Collectif de la Ligne H qui rassemble usagers, salariés, élus, syndicats et associations.

04 mars 2011

Libre expression du mois de mars 2011

Tranquillité publique : des chiffres qui font douter de l’efficacité du tout sécuritaire.

video_cameras-d1c74.jpgAu début de l’année le ministère de l'intérieur a publié "les chiffres de la délinquance". Pour le Val d'Oise ceux-ci sont qualifiés, par la Préfecture elle-même, de "contrastés". C’est le moins que l’on puisse dire car si les atteintes aux biens ont légèrement diminué (-1,1%) et les attaques à main armée vraiment baissé (-10%) les violences aux personnes (+ 4,3%), les cambriolages (+3,6%) et les vols de voiture (+5,5%) continuent de progresser.

A Deuil la Barre avec 557 faits constatés sur l'année 2010, à comparer à 559 l'an dernier, il n'y a pas eu de véritable amélioration de la situation. Pour la CAVAM dans son ensemble avec 2.982 faits en 2010, soit seulement 49 de moins par rapport à 2009, le bilan est pour le moins médiocre. On pourrait même le qualifier de faible au regard des sommes investies ces trois dernières années car, avec plus de 21 millions d'euros dépensés sur 3 ans par la CAVAM, soit sur la période 18,5% de son budget, les résultats ne sont pas à la hauteur des moyens financiers engagés.

Plus inquiétant encore, ces résultats ville par ville ne présentent sur le territoire de la CAVAM aucune cohérence. Andilly (-23,73%), Margency (-9,62%) ou Montmorency (-8,85%) affichent des chiffres clairement à la baisse, alors que Groslay (+23,53%) subit une hausse très importante et que Soisy-sous-Montmorency (-3,43%), Saint-Gratien (-1,20%), Deuil-la Barre (-0,36%) ou encore Montmagny (+0,94%) connaissent une relative stabilité.

mediation_600.jpgLa CAVAM développe une même stratégie sur tout son territoire, avec notamment l'installation de nombreuses caméras. Avec si peu de résultats et autant de disparités, il est temps de s’interroger et de changer, il est temps de développer une stratégie faisant appel à la médiation sociale. Celle-ci permet, comme le montre une étude officielle récente[i], de faire baisser de façon importante les faits qui gâchent au quotidien la vie de chacun comme le vandalisme, les tapages nocturnes, les attroupements dans les halls d'immeubles.

Nous ne croyons pas aux solutions miracle, mais nous pensons qu'il y a, au mieux, un certain angélisme de la part de la majorité actuelle à croire que la technologie apportera seule la réponse et qu'il suffit de multiplier caméras et logiciels pour que tout s'apaise. La multiplication des équipements de surveillance conduit à une course effrénée, à une escalade sans cesse renouvelée entre délinquants petits et grands d'une part et moyens de surveillance d'autre part. Une course toujours plus consommatrice de moyens financiers et humains pour une efficacité toujours plus faible et d'où seuls les libertés publiques et les moyens pour les autres services publics sortent affaiblis.



[i] Rapport remis en 2008 au  ministre du Logement et de la Ville (http://i.ville.gouv.fr/download_file/2809/4034)

10 février 2011

Libre expression du mois de février 2011

deuil la barre, la galathéeFaisons de la Galathée le premier éco-quartier d’une ville durable

Une démarche agenda 21 est en cours depuis maintenant deux ans à Deuil la Barre. Normalement, ce type d’initiative suscite de larges débats et permet d’élaborer un ensemble de propositions en faveur du développement durable. A Deuil la Barre, deux ans après, nous en sommes encore aux balbutiements, à la mise en place d’un site, à la diffusion d’un questionnaire.

Cependant il n’est pas encore trop tard pour établir des priorités fortes à ce sujet et proposer des projets ambitieux et novateurs. La rénovation du quartier de la Galathée et des 3 communes peut en être l’occasion, à condition d’abandonner la démarche actuelle pour une démarche de rénovation écologique intégrant les questions d'urbanisme et impliquant les habitants. A cette condition, ce projet peut être une vraie chance pour le quartier, ses habitants, pour notre ville et permettre entre autre:

  • une baisse des consommations d'énergie et d'eau, et donc une baisse des factures pour les familles ainsi qu’une baisse des émissions de gaz à effet de serre ;
  • la création d’emplois locaux et non délocalisables ;
  • une meilleure intégration des logements et de leurs habitants dans la ville par une meilleure implication des familles ;
  • une amélioration du cadre et de la qualité de vie.

Actuellement, au-delà de la destruction des deux tours dans les semaines et les mois à venir, cette opération sera surtout à l’origine de la construction de plusieurs centaines de logements sur le quartier. Il s’agit d’une opération qui va transformer pour très longtemps un des quartiers les plus habités de notre commune et déjà l’un des plus denses.

Il est encore temps d’inscrire cette rénovation dans une logique environnementale et sociale novatrice. De faire du quartier de la Galathée le premier éco-quartier d’une ville durable. Sinon ce projet ne sera qu’un programme immobilier de plus aux coûts pharaoniques à l’échelle de notre commune et source dans l’avenir de nouvelles déconvenues.

 Nicole GRATIEN - Éric PESCHOT

Bouge la ville – Deuil-la Barre

Rencontrez vos élus en mairie chaque 3ème samedi du mois

Prochaines dates  19 février et 19 mars de 10h00 à 12h00

07 janvier 2011

Libre expression du mois de janvier 2011

Hausse d’impôt record en 2010 austérité aggravée en 2011.

augmentation.jpgEn 2010 Deuil la Barre a été classée 35ème au Top 100 des communes qui ont le plus augmenté leurs impôts. Avec plus de 36 000 communes en France qui pouvaient concourir pour ce triste classement, ce résultat donne à voir le vrai visage de la majorité municipale. Pour 2011, après deux années de hausse record des impôts, cette même majorité vote une accalmie sur le front de la fiscalité. Pour des raisons de gestion du calendrier électoral, à partir de cette année elle compte modérer son appétit. Cependant les impôts locaux ne vont pas cesser d’augmenter pour autant, car malgré les affirmations péremptoires et auto-satisfaites de la majorité municipale sur les taux, les impôts locaux continueront à progresser. Simplement ils le feront de façon un peu plus modérée.

Mais en contrepartie de cette modération Deuil la Barre va connaître une cure d’austérité sans précédent. Le budget sera globalement en baisse et pour les investissements, 2011 sera une année noire. Deux dossiers vont se partager 80% du budget d’investissement. Pour le reste de la ville, rien ou pas grand-chose. Pour l’ensemble des écoles, hors les travaux nécessaires d’extension du groupe Pasteur, le budget d’investissement sera de 115 000 euros. Avec ce montant, seuls les travaux absolument obligatoires comme le remplacement des extincteurs ou la mise en conformité des installations pourront être réalisés.

Pour les équipements sportifs communaux la ville ne consacrera que 69 700 euros à la réalisation de travaux et au remplacement d’équipements. Sur cette somme déjà modique l’essentiel sera consacré à la patinoire. Il ne restera pour les autres équipements qu’un peu plus de 13 000 euros. Pour la jeunesse et les centres de loisirs ce sont à peine 10 000 euros qui seront investis. Pour l’éclairage public 70 000 euros y seront seulement consacrés. La voirie n’est pas mieux lotie : le budget qui y sera consacré est en baisse de 42%. Quand on connait l’état de la voirie à Deuil la Barre on imagine déjà ce qu’il en sera demain.wallace.jpg

Pour se consoler, les Deuillois pourront toujours aller admirer la fontaine Wallace installée pour un peu plus de 50 000 euros à proximité du programme immobilier de la Poste…

Nicole GRATIEN - Éric PESCHOT

Bouge la ville – Deuil-la Barre

Rencontrez vos élus en mairie chaque 3ème samedi du mois

Prochaines dates  15 janvier et 19 février 2011 de 10h00 à 12h00